Le site du développement personnel et de la psychologie pour tous, professionnels et passionnés

Joe Dispenza

Croire, se comporter, devenir – Dr Joe Dispenza

Souvent, les novices dans ce travail me demandent : « Pourquoi ne suis-je pas guéri ? Pourquoi n’ai-je pas eu cette expérience mystique ? Pourquoi le travail de mes rêves ne s’est-il pas manifesté ? Comment se fait-il que je ne sois pas encore amoureux ? »

« Il ne se passe rien ! » me disent-ils. « Je fais les méditations, je m’entraîne tous les jours, mais ça ne marche pas ».

Et je leur demande : « Comment le savez-vous ? Comment pouvez-vous être sûr que rien ne se passe ? »

Comme nous le faisons tous, ils cherchent des preuves – des preuves que leur pratique fonctionne – parfois des preuves immédiates. Mais l’erreur que beaucoup d’entre nous commettent est de chercher des preuves en dehors de nous. Nous glissons dans une manière d’être inconsciente, habituelle et conditionnée. Nous oublions que si nous voulons attirer une expérience à nous, nous ne pouvons pas la chercher. Nous devons la devenir. En fait, la chercher signifie que nous nous sentons séparés d’elle – au lieu d’être connectés à elle.

Et cela vaut pour tout ce que vous essayez de créer. Si vous voulez vivre une expérience mystique, vous devez devenir le mystique. Si vous voulez une relation amoureuse dans votre vie, vous devez devenir l’amour de votre vie. Si vous voulez guérir, vous devez ressentir la gratitude d’être guéri. Vous devez vous sentir guéri.

Et pour vraiment habiter cette expérience, vous devez amener ces sentiments (et les pensées qui les soutiennent) avec vous dans votre vie quotidienne.

Lorsque vous vous levez de votre méditation chaque matin, soyez la nouvelle personne dans votre nouvelle vie – et incarnez ce sentiment. Lorsque vous marchez de votre porte d’entrée à votre voiture – marchez comme le mystique. Lorsque vous êtes assis à votre bureau, prenez conscience que vous êtes le guérisseur. Lorsque vous faites vos courses – soyez aimé.

Pour apporter une nouvelle expérience dans nos vies, nous devons nous entraîner à être dans cette nouvelle énergie, ce nouvel état d’esprit, tout le temps. Se demander pourquoi cela ne s’est pas encore produit correspond à l’ancien état d’esprit.

Lorsque vous êtes nouveau dans ce travail, c’est un peu comme être un adolescent. Les adolescents repoussent constamment les limites, ils cherchent de nouveaux territoires. Ils veulent une voiture. Ils veulent avoir la permission de rentrer plus tard. Ils veulent trouver leur propre style et leur personnalité. Ils veulent expérimenter et vivre des aventures.

Mais ce ne sont là que les marqueurs extérieurs de ce qu’ils recherchent. Le sentiment qu’ils veulent – l’expérience intérieure – c’est la liberté.

Et lorsque celle-ci ne vient pas tout de suite en réponse à leur demande, cela peut être décourageant. À ce stade précoce, il est facile de tomber dans des schémas inconscients qui consistent à essayer de satisfaire leurs besoins en forçant le résultat, au lieu de réaliser qu’ils doivent adopter consciemment de nouveaux comportements et de nouvelles attitudes – et gérer leurs réactions émotionnelles – pour changer leur vie. Ils doivent devenir dignes de la liberté.

Ils doivent agir et se comporter de manière pratique comme quelqu’un qui ressent la responsabilité de quelqu’un de libre – et qui a gagné la liberté qu’ils veulent expérimenter.

Et c’est dans ces moments de frustration – quand c’est le plus dur et le plus inconfortable – qu’il est le plus important de persévérer. De continuer à avancer.

Entrer sur un nouveau terrain

Lorsque vous faites le travail et que vous avez l’impression que rien ne se passe, comment pouvez-vous en être sûr ? Comment savez-vous que ça ne marche pas ? Comment savez-vous que vous ne changez pas ?

Dans nos recherches, nous voyons des preuves de ces changements tout le temps. Même avec des méditants novices, des « adolescents » si vous voulez, nos données montrent que quelque chose de profond leur arrive. Et voici ce qu’il en est : la preuve n’est pas extérieure à eux. Cela se passe dans leur cerveau. Dans leur cœur. Dans le vécu de leur expérience intérieure – dans leur corps tout d’abord – leur biologie.

Par exemple, lorsque des méditants novices (les « adolescents » qui ne cherchent qu’à obtenir des résultats et tentent de les forcer) s’engagent pleinement dans une retraite avancée d’une semaine, nos recherches montrent qu’il y a des changements biologiques significatifs dans leur corps – d’abord – pour suggérer que leur corps croit littéralement qu’ils sont dans un environnement, une réalité, une vie ou un avenir complètement différents. D’après nos mesures, certaines personnes améliorent la variabilité de leur rythme cardiaque de plus de 200 % en une semaine – et la moitié d’entre elles ne pensaient pas le faire « correctement ».

À ce stade, elles ne voient peut-être pas les preuves dans leur vie extérieure, mais je peux vous dire – avec plus de certitude que jamais – que si elles pratiquent ce travail tous les jours, les cellules de leur corps produisent des milliers de métabolites qui donnent l’impression qu’elles vivent déjà une nouvelle réalité personnelle.

Nous avons constaté ces changements à plusieurs reprises. Nous disposons de données issues de plus de 10 ans de recherche – des données qui reflètent d’énormes niveaux de changement : dans le cerveau, dans le cœur, dans l’expression des gènes, dans le métabolisme cellulaire, dans la régulation immunitaire – et même dans la prolongation de la vie.

Et certaines de ces personnes qui sortent de la méditation pensent qu’elles s’y prennent mal. Elles sont trompées par leurs sens qui leur font croire que cela ne s’est pas produit immédiatement – elles pensent donc que rien ne se passe du tout. Mais en réalité à un niveau supérieur elles sont déjà en train de se transformer… c’est en train de se réaliser.

Juger le travail de cette manière ne fait que polariser le résultat. Quelqu’un progresse dans sa pratique, exactement là où il devrait être – mais dès qu’il commence à analyser, comparer ou critiquer ce qui ne va pas, sa conviction qu’il ne fait pas bien quelque chose ne fait qu’inhiber sa progression et sa croissance.

L’analyse de nos progrès ne fait que renforcer notre sentiment de séparation, ce qui nous pousse à faire plus d’efforts, car nous cherchons quelque chose au lieu de l’être. Si nous pouvons, au contraire, changer de perspective et prendre conscience de nos pensées et de nos sentiments – et de la façon dont ils créent notre réalité – c’est à ce moment-là que nous pouvons prendre la décision cruciale de changer quelque chose en nous-mêmes… et c’est là le travail.

Ces moments de prise de conscience sont ceux où nous cessons d’oublier de manière répétée et où nous commençons à nous souvenir de manière constante. Et c’est ainsi que nous commençons à devenir. C’est à ce moment-là que nous pouvons entrer dans de nouvelles phases passionnantes d’expérience. C’est se perdre tellement dans l’acte de devenir que l’acte lui-même devient l’expérience.

C’est à ce moment-là que nous dépassons enfin la frontière du connu et que nous nous trouvons en terrain inconnu. Quand nous lâchons le « pourquoi » et le « quand » – et trouvons notre chemin vers la confiance et l’abandon.

Disons simplement que le « pourquoi » et le « quand » ne vous regardent pas. La seule façon pour le changement de se produire est d’arrêter d’essayer de le prédire – sinon, c’est le connu. Le changement ne peut se manifester que lorsque nous nous y attendons le moins. C’est la surprise de l’inconnu.

Et c’est à ce moment-là que les conversations sur le travail changent aussi. Tout d’un coup, les gens cessent de me demander « Quand est-ce que ça va arriver ? » – et commencent à dire, « Vous n’allez jamais croire ce qui m’est arrivé. »

Il y a trois étapes simples :

Premièrement : vous croyez que c’est possible.

Deuxièmement : vous vous comportez comme si c’était une réalité.

Troisièmement : vous le devenez.

Et lorsque la vie commence à vous envoyer un retour d’information – sous forme de synchronicités et d’opportunités – c’est la preuve du nouvel avenir que vous êtes en train de créer.

Cet article est une traduction de l’article paru le 11 février 2021 sur le blog de Dr Joe Dispenza. Pour lire l’article en anglais, cliquez ici.

Connaissez-vous le rendez-vous mensuel de Dr Joe, Dr Joe Live ?

C’est en général le dernier jeudi de chaque mois. Une heure d’échanges avec Joe Dispenza, de la théorie, des témoignages et la possibilité de poser vos questions en direct si vous parlez anglais ou en français via notre équipe.