[language-switcher]

Le site du développement personnel et de la psychologie pour tous, professionnels et passionnés

Dr Joe Dispenza: devenir fasciné

Devenir fasciné par l’inconnu – Dr Joe Dispenza

Récemment, quelqu’un m’a interrogé au sujet de l’idée selon laquelle nous pouvons nous défaire des histoires que nous nous racontons – et, ce faisant, créer un nouvel avenir. Elle avait vu quelqu’un réagir très fortement en commençant à faire cela – son corps tout entier avait fait une éruption cutanée – et elle avait elle-même eu ce type de réaction.

Il semble que la seule pensée d’abandonner un scénario passé ait produit une forte réaction somatique – qui s’est produite automatiquement en quelques secondes.

« Pourquoi cela met-il les gens dans cet état ? » m’a demandé cette femme. « Pourquoi est-ce que ça semble être aussi difficile de lâcher ces histoires ? ».

Les histoires que nous nous racontons – sur nos souvenirs, notre passé et nos luttes ; notre interaction avec certaines personnes, certains objets et certaines choses – nous sont familières, appelons-les donc le connu. Nous nous identifions à elles ; elles deviennent ce que nous pensons être – et, finalement, notre personnalité.

C’est parce que revivre le passé déclenche et connecte les mêmes circuits de la même manière – reproduisant le même esprit – et transforme notre corps en une explosion émotionnelle de substances chimiques. Biologiquement, ainsi qu’inconsciemment, nous devenons notre passé. Nous croyons à la vieille histoire et nous nous comportons comme si c’était notre vérité – jusqu’à ce que nous le devenions.

Nous sommes si nombreux à rester investis dans ces récits – les histoires du passé – parce qu’investir dans notre avenir, au contraire, est tellement imprévisible pour le corps. Et le corps ne fait pas confiance à l’inconnu. Le corps est à l’aise avec ce qu’il connait déjà – et toutes les émotions de réaffirmation de l’identité qui l’accompagne. Pour se rassurer, il a besoin de ces émotions.

En fait, chaque fois que nous recyclons une de nos histoires préférées – sur nous-mêmes, sur quelqu’un d’autre, sur la façon dont nous avons grandi avec nos parents et nos frères et sœurs, sur l’histoire de notre maladie, de nos traumatismes ou sur la façon dont nous avons été lésés – ce que nous cherchons vraiment à faire, c’est alimenter les émotions que nous associons à ces histoires et à ces souvenirs.

Et nous le faisons tous ; nous sommes humains. Maintenant, voyez si vous pouvez vous souvenir d’une expérience récente qui vous a déclenché une émotion forte . Il s’agissait peut-être d’une moment désagréable avec quelqu’un au travail ou de l’inquiétude suscitée par un gros titre de presse. Il est probablement facile de penser à quelque chose ; nous rencontrons ces situations tout le temps.

Mais maintenant, essayez de vous souvenir de ceci. Comment avez-vous géré les émotions qui ont surgi ? Les avez-vous ignorées, avez-vous réagi de manière excessive et pris votre téléphone pour vous en détourner? Avez-vous encore stimulé ces émotions avant de vous éch appel? Avez-vous inconsciemment déversé sur votre conjoint l’énergie de votre agitation intérieure causée par ce conflit que vous avez-eu avec quelqu’un d’autre ?

Vous n’êtes peut-être même pas conscient de la façon dont vous avez réagi dans ces moments-là. Mais votre corps vous a probablement programmé pour que vous vous comportiez exactement de la même manière la dernière fois que vous avez ressenti les mêmes émotions. Et plus le corps s’habitue à ces sentiments, plus il en a besoin.

En d’autres termes, tant que votre réponse aux mêmes circonstances reste la même, vous restez le même. Et il en va de même pour votre santé. Et de votre vie.

Pourquoi cela paraît-il dangereux de se débarrasser de ces histoires ? Parce que cela signifie laisser tomber nos identités. Cela signifie lâcher la dépendance aux émotions alimentées par ces histoires ; exercer un niveau de conscience qui est plus grand que notre programmation inconsciente. Et cela demande une conscience et une énergie constantes.

Il est important de bien remarquer toutes les stratégies avec lesquelles nous essayons de nous échapper. Nous n’utilisons pas les objets du monde tridimensionnel pour nous distraire tout simplement ; nous faisons une fixation sur notre environnement extérieur. Nous sommes conditionnés à avoir besoin de quelque chose ou de quelqu’un d’autre pour faire disparaître ces sentiments. Nous avons l’habitude inconsciente de compter sur notre monde extérieur pour changer notre monde intérieur.

Mais que se passerait-il si nous pouvions utiliser cette même capacité à nous concentrer sur quelque chose d’extérieur à nous – et la tourner vers l’intérieur ? Et si nous pouvions briser notre dépendance au drame, au traumatisme, ou à ce karma qui dévore notre énergie et notre attention ?

De la même manière, que se passerait-il si nous pouvions plutôt faire rester en observation de ce qui se passe en nous ?

Et si nous pouvions apprendre à nous asseoir avec nous-mêmes et notre propre énergie, et devenir non seulement conscients, mais fascinés par notre monde intérieur de pensées et de sentiments ?

Le travail consiste à se rendre compte que nous sommes inconscients, à apprendre à nous concentrer sur notre monde intérieur et à gérer notre attention et notre énergie. C’est ainsi que nous nous libérons de notre moi passé. Et cela demande des efforts – surtout au début.

C’est, en substance, ce que la méditation nous invite à faire – nous dissocier de toutes ces distractions, calmer notre corps sur le plan émotionnel et aller à l’intérieur. Pour découvrir ce qui se trouve de l’autre côté de nos pensées les plus courantes, de nos habitudes programmées et de nos émotions familières.

La prochaine fois que vous serez assis en méditation et que votre corps commencera à résister – comme il le fera – remarquez ce qui se passe. Avez-vous envie de prendre votre téléphone ? Repensez-vous à une dispute que vous avez eue la veille ? Luttez-vous contre l’envie d’arrêter de fumer ?

C’est à ce moment-là que nous devons faire preuve d’une volonté supérieure à nos programmes inconscients. C’est le moment décisif où nous devons reconditionner le corps à un nouvel esprit – et le transformer avec amour, gratitude et gentillesse.

Mais que se passerait-il si nous pouvions prendre cette même capacité à nous concentrer sur quelque chose d’extérieur à nous – et la tourner vers l’intérieur ? Et si nous pouvions briser notre dépendance à un drame, un traumatisme ou un karma qui dévore notre énergie et notre attention ?

De la même manière, que se passerait-il si nous pouvions faire une fixation sur ce qui se passe en nous ?

Et si nous pouvions apprendre à nous asseoir avec nous-mêmes et notre propre énergie, et devenir non seulement conscients, mais fascinés par notre monde intérieur de pensées et de sentiments ?

Le travail consiste à nous surprendre en train de devenir inconscients, à apprendre à nous concentrer sur notre monde intérieur et à gérer notre attention et notre énergie. C’est ainsi que nous nous détachons du moi passé. Et cela demande des efforts, surtout au début.

C’est, en substance, ce que la méditation nous invite à faire – nous dissocier de toutes ces distractions, calmer notre corps sur le plan émotionnel et aller à l’intérieur. Pour découvrir ce qui se trouve de l’autre côté de nos pensées les plus courantes, de nos habitudes programmées et de nos émotions familières.

La prochaine fois que vous serez assis en méditation et que votre corps commencera à résister – comme il le fera – remarquez ce qui se passe. Pensez-vous à prendre votre téléphone ? Repassez-vous une dispute que vous avez eue la veille ? Luttez-vous contre l’envie d’arrêter de fumer ?

C’est à ce moment-là que nous devons faire preuve d’une volonté supérieure à nos programmes inconscients. C’est le moment décisif où nous devons reconditionner le corps à un nouvel esprit – et le transformer avec amour, gratitude et gentillesse.

Voici un excellent exercice à pratiquer dans ces moments-là : Voyez si vous pouvez faire une pause pour voir à quel point il est difficile de résister. Voyez si vous pouvez devenir fasciné par le fait de ne pas être capable de vous asseoir avec vous-même. Demandez-vous : qu’y a-t-il de l’autre côté de tout ça? Et mettez-vous au défi de voir si vous pensez que cela vaut la peine de le découvrir – de vous asseoir avec l’inconfort un peu plus longtemps. C’est la quête de l’inconnu.

Voyez si vous pouvez affronter l’idée que vous avez besoin de quelque chose d’extérieur à vous pour faire disparaître cet inconfort – ou si vous pouvez trouver les ressources intérieures pour vous donner ce dont vous avez besoin à ce moment-là.

Posez-vous cette simple question : est-ce que je préfère ressentir de la colère ou de la joie ? Si la réponse est la joie, vous allez devoir changer votre état émotionnel. Personne d’autre ne peut le faire à votre place.

Vous pouvez être capable de changer temporairement vos émotions en vous appuyant sur quelqu’un ou quelque chose d’autre. Mais si vous ne changez pas votre réponse la prochaine fois que vous ressentez une émotion perturbante, votre cerveau se souviendra de ce qui a fait disparaître le sentiment la dernière fois – et vous convaincra que vous avez besoin de ce même stimulus pour faire disparaître le sentiment.

Si vous parvenez à ne pas céder à la séduction de votre environnement extérieur – ou à la résistance de votre corps à l’inconnu – et à atteindre simplement un lieu de neutralité, vous accomplissez quelque chose de vraiment significatif. Vous faites un pas dans l’inconnu. Vous démontrez votre pouvoir sur vos pensées, vos habitudes et vos émotions du passé. Maintenant, vous vous engagez à changer.

Et puis, imaginez ce qui vient ensuite. Imaginez que, grâce à votre pratique, vous découvriez que vous pouvez ressentir un amour et une joie transcendants – parce que vous avez libéré votre corps des chaînes du passé et que vous avez choisi de ressentir autre chose. Imaginez que vous appreniez que vous pouvez porter votre attention à l’intérieur, ne rien trouver de plus précieux que votre cœur qui bat, et ressentir une gratitude et un amour véritables. Imaginez que vous vous rendiez compte que vous pouvez vous défaire d’une opinion que vous aviez sur vous-même ou sur une autre personne – et être soudainement libre.

Lorsque nous laissons notre corps nous maintenir dans le passé familier, nous laissons notre corps nous empêcher d’accéder à la liberté de l’inconnu.

Le corps se bat pour rester dans le connu – même si cela signifie vivre avec les mêmes histoires de douleur et de traumatisme qui nous ont limités pendant toute une vie. Mais cela nous empêche d’accéder au mystique. Cela nous empêche d’accéder à la magie. Cela nous empêche de guérir. Et cela nous empêche de découvrir les potentiels infinis des nouveaux futurs que nous pourrions créer.

Quand cette vieille histoire prendra-t-elle fin ? Pourquoi ne pas raconter une nouvelle histoire de votre avenir – et à la place, y croire, se comporter, et le devenir  ?

Cet article est une traduction de l’article paru le 8 avril 2022 sur le blog de Dr Joe Dispenza. Pour lire l’article en anglais, cliquez ici.

Connaissez-vous le rendez-vous mensuel de Dr Joe, Dr Joe Live ?

C’est en général le dernier jeudi de chaque mois. Une heure d’échanges avec Joe Dispenza, de la théorie, des témoignages et la possibilité de poser vos questions en direct si vous parlez anglais ou en français via notre équipe.