L'intelligence collective au service des solutions humaines

L’intelligence collective au service des solutions humaines – Dr Joe Dispenza

Par Dr Joe Dispenza
 

En raison de la surpopulation des ruches, chaque printemps, des dizaines de millions d’abeilles doivent trouver un nouvel emplacement pour construire leur maison, une décision qui repose sur l’esprit collectif de la ruche. Lorsque la ruche se divise en deux, la reine mère et environ la moitié des abeilles ouvrières quittent le nid parental pour fonder une nouvelle colonie, tandis qu’une reine fille nouvellement élevée et les abeilles ouvrières restantes restent sur place pour s’occuper de l’ancienne colonie. Lorsque la moitié des abeilles quittent la ruche, l’essaim est né – une fonction qui non seulement résout le problème d’espace apparent dans la ruche, mais qui constitue également un aspect important de leur instinct de survie et de reproduction.

Chaque ruche est composée de milliers d’abeilles travaillant ensemble avec une coopération sans faille afin de construire et de maintenir une colonie. Chercher de la nourriture, s’occuper des jeunes larves et construire des rayons de miel ne sont que quelques-unes des tâches qui existent dans chaque ruche. Un autre travail important est celui des abeilles éclaireuses, qui, pour trouver un nouveau foyer approprié, sont dispersées dans différentes directions sur un rayon de 5 kilomètres.

Au retour de leur mission, les abeilles éclaireuses exécutent une danse ” frétillante ” pour communiquer à l’essaim des informations sur les nouveaux emplacements qu’elles ont trouvés. Les éclaireuses présentent ensuite leurs arguments en utilisant leur langage symbolique pour diffuser à l’ensemble des informations expliquant pourquoi leur emplacement est le meilleur, un processus qui permet à la décision d’être prise par le collectif, plutôt que par un seul individu.

Lorsqu’il y a plusieurs emplacements possibles, puisque l’essaim n’a qu’une seule reine des abeilles, le collectif doit se mettre d’accord sur un seul site de nidification. La danse de frétillement, l’émission de sons aigus et d’autres signaux inhibiteurs permettent de sortir de l’impasse. Ainsi, dès qu’un site prend un petit avantage sur l’autre, la majorité des abeilles se déplace vers le côté où penche la balance. Cela permet aux abeilles de choisir un site plus rapidement par une décision collective dans laquelle chaque abeille apporte sa contribution.  

Dans toute la nature, nous trouvons des exemples de l’esprit collectif qui perpétue, informe, coopère et améliore le succès des espèces. C’est, après tout cette même raison qui amène les oiseaux à se regrouper et les poissons à s’organiser en bancs – ils travaillent ensemble comme un seul et même esprit pour prendre de meilleures décisions. Cela leur permet de s’informer mutuellement afin de réagir et de se comporter de manière homogène et optimale.

Il y a du pouvoir dans le nombre.

Crowdsourcing de l’intelligence humaine

À ce moment de l’histoire de l’humanité, alors que la validité des institutions, des religions, des gouvernements, des systèmes financiers et des idées archaïques qui ne servent plus la collectivité semble s’effondrer, notre réussite en tant qu’êtres humains va exiger que nous nous organisions et que nous prenions soin de nous-mêmes – que nous prenions soin les uns des autres. Cela soulève des questions : La simple mais profonde amélioration de l’intelligence collective mentionnée ci-dessus pourrait-elle être la clé du succès de l’humanité ? Pourrions-nous travailler ensemble pour mieux utiliser les connaissances, la sagesse et l’intuition qui existent déjà dans le collectif afin de créer un monde meilleur ?

Certaines des dernières recherches suggèrent que la réalité dont nous faisons l’expérience est déterminée par un réseau collectif d’observateurs. Cela a été prouvé à maintes reprises par des études dans lesquelles un groupe collectif de personnes a porté son attention sur un résultat futur. Sans rien savoir du sujet, avec un certain degré de précision, la moyenne du collectif prédit la bonne réponse. Qu’il s’agisse de prédire le vainqueur d’une course de chevaux ou d’un match de football, pour une raison qui semble évidente, la moyenne du collectif semble connaître les bonnes réponses.

Nous en avons été témoins dans nos propres études, lors de nos retraites avancées d’une semaine, où nos étudiants ont fait en sorte que des générateurs d’événements aléatoires sophistiqués (dans ce cas, un algorithme informatique qui se comporte comme un jeu de pile ou face, où les résultats sont programmés pour produire 50 % de “pile” et 50 % de “face”) soient modifiés de sorte que les résultats semblent moins aléatoires et plus intentionnels. C’est ce que peut faire un réseau collectif d’observateurs lorsqu’ils synchronisent leurs cœurs et leurs cerveaux en cohérence.

Ceci étant dit, que pourrions-nous accomplir si nous réunissions des collectifs de personnes supercohérents – tout cela au nom de la mise en commun de notre sagesse, de nos connaissances et de notre vision des défis mondiaux ? Quelles solutions cette communauté collective pourrait-elle proposer que la force dominante ne peut pas proposer ? Après tout, le pouvoir est bien plus dans la communauté que dans la séparation. Le pouvoir est dans le collectif qui fonctionne comme un seul cœur et un seul esprit pour l’amélioration et l’évolution de l’humanité. C’est une nouvelle conscience émergente.

C’est pourquoi aucune espèce dans la nature ne survit et ne prospère dans la compétition ou la guerre – seulement dans la coopération.

Cet article est une traduction de l’article paru le 17 décembre 2021 sur le blog de Dr Joe Dispenza. Pour lire l’article en anglais, cliquez ici.

Retrouvez d’autres articles de Joe Dispenza ICI

Connaissez-vous le rendez-vous mensuel de Dr Joe, Dr Joe Live ? C’est en général le dernier jeudi de chaque mois. Une heure d’échanges avec Joe Dispenza, de la théorie, des témoignages et la possibilité de poser vos questions en direct si vous parlez anglais ou en français via notre équipe.

La Boutique Dr Joe

en_GBEnglish (UK)