Une note de Hemal H. Patel, PhD – Dr Joe Dispenza

Par Dr Joe Dispenza
 

Bonjour à tous,

Je voulais prendre un moment pour vous présenter mon cher ami et collègue, le Dr Hemal Patel, qui est professeur et vice-président pour la recherche au département d’anesthésiologie de l’université de Californie à San Diego. J’ai pensé qu’il serait bon qu’il vous informe de l’évolution des recherches que nous menons sur vous tous. Donc, pour ceux d’entre vous qui ne l’ont pas encore rencontré, voici le Dr Hemal.

Bonjour les génies,

Cela a été une année étonnante, folle, stressante, pleine de réflexion, de création et d’adaptation. J’ai vécu chacun de ces aspects et plus encore, et je suis sûr que vous aussi. En réfléchissant à l’année, un aspect qui a changé ma vie a été de m’impliquer dans la communauté du Dr Joe – au début en tant que chercheur curieux pour voir s’il y avait une explication scientifique à toutes les histoires étonnantes de transformation dont j’entendais parler – et plus récemment en tant que personne qui a finalement été immergée dans l’expérience méditative lors de la retraite avancée d’une semaine à Orlando. Les résultats de la recherche moléculaire et biochimique que nous avons obtenus au cours de l’année écoulée sont tout simplement incroyables – à la limite de l’incroyable pour un sceptique – mais en réalité fondés sur une recherche de haute qualité, imperméable et impartiale.

Au cours de nos discussions, le Dr Joe et moi-même avons estimé qu’il était important de faire connaître à la communauté les découvertes faites en laboratoire et de fournir une feuille de route pour l’impact de ces résultats et l’orientation des études futures. J’ai choisi le format d’une lettre car il offre un niveau d’intimité et utilise un art perdu de la communication qui, je l’espère, touchera chacun d’entre vous de manière personnelle. Je fournirai ces mises à jour sur les recherches environ tous les trois mois. C’est parti…

Pendant une grande partie de ma vie d’adulte pleine de sciences, je me suis interrogé sur la vieille question de “l’inné et l’acquis”. L’un des premiers concepts que j’ai appris dans mes cours de génétique, de biologie moléculaire et de biologie cellulaire était le “dogme central” proposé pour la première fois en 1958 par Francis Crick (qui a découvert la structure de l’ADN), selon lequel l’ADN produit de l’ARN qui produit ensuite des protéines. Les protéines sont des molécules responsables de la réalisation de certaines choses. Depuis, nous avons appris que les protéines sont nécessaires à la fabrication de l’ADN et de l’ARN, ce qui crée une situation de l’œuf et de la poule, dont nous discuterons une autre fois, à propos de la manière dont elle a été résolue scientifiquement. Au départ, ce dogme ficelé comme ils se doit, a permis à mon cerveau de comprendre très tôt que notre ADN était primordial pour créer ce que nous sommes et ce que nous devenons. Je me suis dit que mon penchant pour les sciences était dû au fait que j’avais hérité des prédispositions génétiques de mon père, qui était incroyablement doué pour les mathématiques, et de ma mère, qui avait commencé une carrière scientifique. Des études sur des jumeaux identiques ont montré que si l’ADN (la nature) joue un rôle dans ce que nous sommes et ce que nous devenons, l’environnement (l’éducation) a le potentiel de modifier ce que nous pouvons devenir. Cela a conduit au concept d’épigénétique, qui étudie comment un organisme peut changer sa prédisposition génétique en modulant l’expression des gènes par le comportement et l’environnement, avec un potentiel d’héritabilité. J’ai depuis mené ma propre expérience en génétique, avec mes trois enfants, et je peux voir la dynamique de l’interaction entre mes gènes et ceux de ma femme, et l’environnement que nous avons créé pour nos enfants, qui jouent ensemble pour définir le caractère unique de l’individu.

Méditons donc sur ces concepts et voyons si les données biochimiques/moléculaires que nous avons obtenues jusqu’à présent sur les méditants soutiennent la notion que… l’expérience peut créer l’effet. Nous avons eu la chance, avant la pandémie de Covid-19, de commencer à recueillir des échantillons de sang et des données physiologiques lors de la retraite avancée d’une semaine à Indian Wells en février 2020. Ces précieux échantillons ont servi de fenêtre d’entrée à mon laboratoire pour explorer comment l’environnement sanguin (rempli de métabolites, de protéines et d’autres facteurs) peut être modifié par la méditation et nous fournir un regard singulier sur une signature biologique – une empreinte moléculaire – des effets de la méditation sur le corps. Nous avions trois groupes (témoins [non-méditants, n=3], novices [nouveaux méditants, n=14] et expérimentés [cadre et pratique de la méditation bien établis, n=11]) que nous avons étudiés et pour lesquels nous avons obtenu des échantillons de sang avant le début de la retraite d’une semaine (échantillons-avant) et après la fin de la retraite (échantillons-après) – soit un total de 28 personnes qui ont suivi la semaine entière. Pour les premiers tests non biaisés, nous nous sommes concentrés exclusivement sur ces échantillons “avant” et “après” des trois groupes.

Nous avons commencé par examiner de manière générale ce que l’on trouvait dans le sang afin d’obtenir le plus de détail possible dans les études. Notre première analyse a porté sur les particules et les vésicules extracellulaires (VE). Les VE sont des morceaux de cellules rejetés dans le sang qui étaient initialement considérés comme des débris sans potentiel biologique. On s’est finalement aperçu qu’ils contenaient des protéines, des lipides et des acides nucléiques susceptibles de provoquer des changements dans les cellules, les tissus et les organes très éloignés des sources de libération des VE. Un effet dans le cerveau qui provoque la libération de VE à partir d’une cellule cérébrale peut passer dans la circulation sanguine et finalement avoir un impact sur le cœur, le foie, les reins et d’autres organes. Nous avons constaté que le sang, après l’expérience de méditation d’une semaine dans les groupes novices et expérimentés, présentait des changements dans les profils des VE. Nous essayons actuellement d’identifier ces changements en termes de lipides, de protéines et d’acides nucléiques dans les VE et nous espérons que cela nous permettra de mieux comprendre les facteurs qui peuvent favoriser les effets bénéfiques de la méditation sur le corps.

Ce premier aperçu nous a conduit à explorer davantage l’environnement sanguin où nous avons examiné de manière impartiale près de 3000 métabolites (primaires, médiateurs lipidiques et amines biogènes) et environ 650 protéines uniques sécrétées dans le sang. Il s’agit d’une quantité massive d’informations à prendre en compte ; cependant, nous avons commencé à les visualiser et à les analyser de manière unique. Nous observons un changement spectaculaire des métabolites et des protéines chez les méditants novices après une semaine, et un changement significatif, mais moins marqué, chez les méditants expérimentés. Nous constatons une différence similaire, mais moins marquée, lorsque nous comparons la situation des nouveaux méditants au bout d’une semaine à celle des méditants expérimentés. C’est tout à fait passionnant ! Nous concluons de ce premier coup d’œil que la signature biologique “explose” de manière spectaculaire chez les nouveaux méditants qui font l’expérience d’un changement de vie pendant la retraite d’une semaine. Cette signature évolue très rapidement vers une signature qui ressemble à celle à laquelle les méditants expérimentés se sont adaptés dans leur vie quotidienne. Plus impressionnant encore, lorsque nous examinons les données protéomiques des méditants novices et que nous prenons en compte les 26 principales protéines qui changent de manière significative avant et après la retraite, et que nous examinons comment elles changent d’un individu à l’autre… nous constatons que chaque individu fait évoluer l’expression de ces protéines dans la même direction avec une corrélation globale de 77 % pour toutes ces protéines combinées. Cela ne se produit pas par hasard, par le biais d’événements aléatoires. Imaginez le large éventail d’individus que nous avons étudiés, avec des ethnies, des sexes, des facteurs environnementaux et domestiques, des différences d’âges, etc. Ils se sont réunis et ont synchronisé leur individualité et leur génétique en une expérience et un effet communs à tous. Nos données montrent que lorsque cela est fait lors d’une retraite d’une semaine, l’expérience crée effectivement l’effet.

Cela fait beaucoup de choses à assimiler et à penser. Prenez votre temps pour traiter ces informations et les replacer dans le contexte de ce que cela signifie pour vous et la communauté de méditants dont vous faites partie. Je vous laisse ici pour le moment, et j’ai hâte de vous informer de la prochaine série de résultats dans quelques mois. Nous avons fait de grands progrès dans la compréhension de l’impact de la méditation sur les infections virales, en particulier le SRAS-CoV-2 (qui cause la maladie de Covid-19). L’histoire a été passionnante pour ceux qui ont vu les premières données. Je peux vous dire que nous avons des choses encore plus passionnantes à partager, que nous avons récemment découvertes et que nous sommes en train de valider. J’espère avoir cette histoire passionnante à partager avec vous la prochaine fois.

Je vous remercie d’avoir lu cette présentation. Je vous remercie pour votre engagement envers cette communauté. Je vous remercie pour vos généreux encouragements, votre soutien et votre intérêt pour cette recherche. Il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir, et je suis prêt pour l’incroyable voyage qui nous attend. J’espère vous voir lors de futurs événements, car nous avons prévu de nombreuses opportunités de recherche passionnantes. Prenez soin de vous et continuez à méditer pour devenir le nouveau vous.

Bien à vous,

Hemal Patel

Si vous avez aimé cet article et que vous voulez en savoir plus, le Dr Hemal vous révèle des détails supplémentaires sur la recherche dans la section Nouvelles et mises à jour de notre site Web. Faites défiler la page Recherche scientifique pour lire le dernier article de la section Nouvelles et mises à jour de la recherche.

Vous pouvez également regarder la dernière présentation du Dr Hemal (en anglais) lors de notre retraite avancée d’une semaine à Denver en juillet 2021, où il annonce les mises à jour les plus récentes de la recherche. Et si vous souhaitez vous aventurer plus loin dans “le terrier du lapin”, regardez les résultats du scanner cérébral du Dr Nick Dogris et du Dr Tiff Thompson lors de cette même retraite.

Cet article est une traduction de l’article paru le 31 Juillet 2021 sur le blog de Dr Joe Dispenza. Pour lire l’article en anglais, click here.

Retrouvez d’autres articles de Joe Dispenza ICI.

Connaissez-vous le rendez-vous mensuel de Dr Joe, Dr Joe Live ? C’est en général le dernier jeudi de chaque mois. Une heure d’échanges avec Joe Dispenza, de la théorie, des témoignages et la possibilité de poser vos questions en direct si vous parlez anglais ou en français via notre équipe.

La Boutique Dr Joe

en_GBEnglish (UK)