Les effets positifs du yoga et de la méditation au niveau moléculaire

Article du Dr Joe Dispenza

Au cours des dernières décennies, l’intérêt et la curiosité mondiaux pour les approches corps-esprit, comme le yoga, la méditation et le Tai Chi, ont connu une croissance exponentielle,à l’image de leur développement. Il ne nous faut pas longtemps,après avoir pratiqué de telles disciplines,pour nous sentir plus forts physiquement et pour avoir l’esprit plus clair. Comme le dit l’adage, cela fait du bien au corps comme à l’esprit.

Mais les nouvelles recherches des universités de Coventry et de Radboud, publiées dans la revue Frontiers in Immunology, suggèrent que les bénéfices de ces pratiques sont bien plus importants que le simple apaisement de l’esprit et le renforcement du corps. Les avantages commencent en fait au niveau moléculaire et peuvent changer notre destin génétique. En d’autres termes, ils peuvent « inverser » les réactions moléculaires de notre ADN à l’origine de problèmes de santé et de dépression. Comment ?

Comme nous le savons tous maintenant, le stress est un tueur silencieux, et lorsque nous sommes stressés, notre réaction de combattre ou fuir est activée. Le stress produit un effet inflammatoire qui renforce temporairement le système immunitaire. Du temps des chasseurs-cueilleurs de la préhistoire, cela jouait un rôle important, lorsque le risque d’infection dues à des blessures était plus élevé. Dans la société moderne, cependant, où le stress est devenu de plus en plus psychologique et de longue durée, l’expression persistante de gènes pro-inflammatoires est plus susceptible de causer des problèmes psychiatriques et médicaux.

Au cours de leurs 11 années de recherches, certains experts ont puisé dans 18 études impliquant 846 participants pour analyser comment différentes approches corps-esprit ont affecté le comportement et l’expression de nos gènes. C’est-à-dire qu’ils se sont concentrés sur la façon dont les gènes sont activés pour produire des protéines. Les protéines sont les briques de construction de l’organisme. Elles influencent notre composition biologique, le fonctionnement de notre cerveau et notre système immunitaire. Elles sont responsables de la structure et du fonctionnement du corps. Les résultats de cette étude indiquent que des changements moléculaires se produisent dans le corps lors de la pratique d’approches corps-esprit, entraînant des changements bénéfiques pour notre santé mentale et physique. Alors, comment ça marche ?

Notre système nerveux sympathique (SNS) est responsable de la réaction de « combattre ou fuir », et lorsqu’une personne vit un événement stressant, le SNS est activé. Il en résulte que le corps commence à augmenter la production d’une molécule appelée facteur nucléaire kappa B (NF-kB). Le NF-kB est responsable de la régulation de l’expression de nos gènes. Il traduit le stress en activant des gènes qui, à leur tour, produisent des protéines appelées cytokines. Les cytokines provoquent une inflammation au niveau cellulaire. Encore une fois, cette inflammation est bénéfique lorsqu’il s’agit d’une réaction de combattre ou fuir de courte durée, mais l’effet à long terme entraîne un risque accru de cancer, un vieillissement accéléré et des troubles psychiatriques comme la dépression.

Ce que les chercheurs de cette étude suggèrent, cependant, c’est que les personnes qui pratiquent des activités corps-esprit comme la méditation et le yoga produisent l’effet inverse, c’est-à-dire que leur corps subit une diminution de la production de NF-kB et de cytokines. Cela permet d’inverser le modèle d’expression génétique pro-inflammatoire et de réduire le risque de maladies et d’affections liées à l’inflammation.

« Ces activités laissent dans nos cellules ce que nous appelons une signature moléculaire, ce qui,en changeant la façon dont nos gènes sont exprimés,inverse l’effet que le stress ou l’anxiété aurait sur le corps », a déclaré Ivana Buric, chercheuse principale de l’Université de Coventry. « En termes simples, les approches corps-esprit permettent au cerveau d’orienter nos processus d’ADN vers l’amélioration de notre bien-être. »

Serait-il alors possible que plus nous nous engageons dans la méditation, le yoga et les approches corps-esprit, moins nous dépendons des médecins, des médicaments et de la chirurgie – et peut-être même pouvons-nous prolonger notre vie et en améliorer sa qualité ?

La prochaine fois que vous vous asseyez pour méditer ou pour pratiquer le yoga ou toute autre activité alternative, n’oubliez pas que vous êtes peut-être en train de changer votre vie.

Source : Blog du Dr Joe Dispenza – http://www.drjoedispenza.com/blog/meditation/the-positive-effects-of-yoga-and-meditation-at-the-molecular-level/