Partie I. S’éveiller dans le rêve du rêve : l’heure du rêve a sonné – Dr Joe Dispenza

Article du Dr Joe Dispenza

« Nous sommes tous des visiteurs de notre maintenant, de notre ici. Nous ne faisons que passer. Ici, notre but est d’observer, d’apprendre, de grandir, d’aimer … Ce n’est qu’après que nous rentrons chez nous. » – Dicton aborigène australien

Il y a deux semaines, à Cabo San Lucas, au Mexique, pour la première fois, j’ai officiellement présenté une méditation en position allongée. À la grande surprise de nos stagiaires, cette méditation a commencé à vingt-trois heures et s’est conclue vers 7 heures du matin. Lorsque l’on demande aux gens de dormir par terre plutôt que sur un lit, et qu’on les réveille continuellement en plein milieu de la nuit, on peut comprendre que l’idée ne les réjouisse pas tant que cela. Le concept a donc fait l’objet une certaine résistance. Mais notre communauté de stagiaires avancés a su relever le défi.

J’ai poussé nos stagiaires car je voulais qu’ils fassent des découvertes, et nombre d’entre eux ont connu leur première expérience mystique. Certains ont connu des expériences extra corporelles, pour d’autres, une douleur intense chronique a disparu, ou les symptômes d’une maladie de longue date se sont évaporés, comme par magie, du jour au lendemain. Certains ont rapporté avoir vécu des expériences lucides et interdimensionnelles, avoir vu des modèles de fractales, et beaucoup d’autres ont eu des rêves plus marquants que ceux qu’ils avaient depuis très longtemps. Mais cela ne s’en arrête pas là ; certains ont également rapporté avoir connu des moments mystiques profonds, les yeux ouverts, pendant leur pratique de la méditation en marchant, en se rendant dans leur chambre pour faire la sieste, ou en rentrant chez eux après la formation – et c’est exactement cela que je voulais qu’il se produise. Il s’agissait d’activer ces circuits qui nous permettent de rêver, de nous souvenir de nos rêves et de devenir plus conscients ” dans nos rêves “.

L’heure du rêve a sonné

Au cours de trois soirées, chaque soir, j’ai éveillé nos élèves environ toutes les heures et demie juste à la fin de leur cycle de sommeil. Quand je les réveillais, je les faisais entrer en transe à l’aide du kaléidoscope, puis je leur faisais observer le film issu de leur imagination. Parfois, je les faisais aussi regarder dans le kaléidoscope, et ensuite je projetais une image mystique sur l’écran pour qu’ils s’en souviennent pendant que les miroitements du kaléidoscope s’estompaient. Ensuite, j’ai demandé aux stagiaires avancés de fermer les yeux pendant que je leur parlais, en leur suggérant comment ressentir, voire devenir ces images.

Nous avons répété cette expérience à multiples reprises : d’avant en arrière, les yeux ouverts et les yeux fermés, du kaléidoscope et de ses miroitements au monde intérieur de ces stagiaires – à moitié éveillé et à moitié endormi. Ensuite, je les faisais se rallonger, inspirer par le nez et expirer par la bouche. Le but de cette respiration était de les empêcher de tomber trop rapidement dans les ondes cérébrales delta, ainsi que d’oxygéner leur cerveau pour qu’ils restent plus éveillés pendant que leur corps se détendait et somnolait. Je voulais saisir les stagiaires entre l’alpha et le thêta – entre l’éveil et le sommeil, car c’est l’état où nous pouvons traverser la porte du subconscient et atteindre les rouages de notre corps pour effectuer des changements durables. Le meilleur moment pour faire cette expérience est entre 1 heure et 4 heures du matin, lorsque la mélatonine est à son niveau le plus intense dans le corps. Ce moment appartient au domaine du mystique.

Le processus que je leur faisais traverser chaque nuit n’avait pas uniquement pour but de les faire rêver, mais que leurs rêves soient lucides. Avoir des rêves lucides, c’est avoir un tel niveau de conscience et de sens de la réalité votre état de rêve que l’on peut réellement contrôler vos rêves. C’est quand notre expérience dans un rêve est si réelle, que nos sens sont exacerbés, ou comme vous me l’avez entendu dire auparavant, c’est comme si l’on avait une expérience sensorielle complète sans les sens.

Maintenant, voyez un peu ce qui se passe … Si vous éprouvez une expérience où les sens sont exacerbés, votre conscience de cette expérience (peu importe la réalité, le temps ou l’espace dans lequel vous êtes) s’exacerbe. On peut alors dire que, si votre expérience apparaît et vous semble réelle, vous êtes davantage conscient de cette réalité. La différence avec nos rêves, cependant, est que la réalité que vous ressentez n’est pas votre réalité physique, même si elle semble réelle, voire plus réelle, que la réalité tridimensionnelle dans laquelle vous lisez ce texte. Donc maintenant, du fait que vous êtes si conscient dans ce domaine des rêves, vous pouvez consciemment et délibérément commencer à faire des choix dans ce domaine. Lorsque vous le faites, vous n’êtes plus à la merci (ou un effet) des rêves qui viennent de votre subconscient – votre conscience et sens de la réalité sont si intenses dans votre subconscient que vous donner naissance à vos rêves. C’est un grand pas à franchir qui permet de passer de spectateur à créateur.

Alors que je transmutais nos stagiaires entre ces états de mi éveil et de mi sommeil, je leur ai demandé de noter leurs rêves avant qu’ils ne se rendorment. En rappelant leurs rêves dans cet état altéré, ils revivraient naturellement la séquence du rêve. Ce faisant, nombre d’entre eux reviendraient au rêve interrompu au préalable. Chaque fois qu’ils revivaient leur rêve, du fait qu’ils éprouvaient maintenant davantage de conscience et de sens de la réalité dans ce rêve, ils pouvaient désormais les orchestrer. On pourrait presque dire qu’ils étaient désormais plus conscients dans les domaines les plus profonds de leur subconscient. Finalement, de nombreux stagiaires ont pu naviguer et se déplacer librement tout au long de leurs rêves, devenant essentiellement réalisateur de leurs rêves, plutôt qu’acteur. Lorsque l’on peut le faire, on atteint un niveau de rêve plus élevé. En pratiquant cela suffisamment de fois, quand vient le temps pour vous de créer une nouvelle réalité, vous êtes alors en mesure de rêver un rêve plus réel d’un nouvel avenir. C’est ainsi que l’on devient l’architecte de ses rêves et de son avenir.

Revenez sur ce blog pour lire Partie 2 où j’explique pourquoi il est si important d’apprendre à rêver lucidement.

Source : Dr Joe Dispenza – http://www.drjoedispenza.com/blog/meditation/part-i-awakening-in-the-dream-from-the-dream-dreamtime/

Fermer le menu
×
×

Panier

La newsletter de Quantum Way

Recevez directement nos articles de blog, ainsi que nos annonces d’événements, de nouveaux produits et de promotions