Le site du développement personnel et de la psychologie pour tous, professionnels et passionnés

Joe Dispenza: mystique

Sentir sa voie vers le mystique – Partie I

Nous avons récemment parlé des rêves et des visions étranges que les gens rencontrent dans leur travail, surtout lorsqu’ils en sont à leurs débuts. Comme je l’ai expliqué dans mes deux derniers billets sur « Ouvrir la boîte de Pandore« , plus nous pouvons apprendre des émotions que ces expériences nous invitent à explorer et à comprendre, plus nous pouvons changer – et, par conséquent, plus nous pouvons aller loin dans l’inconnu. Et plus nous nous enfonçons dans l’inconnu, plus nous nous rapprochons du mystique.

Si nous nous entraînons à passer du temps dans les ondes cérébrales thêta et à être à l’aise dans l’inconnu, nos rêves et nos visions évolueront. Ils deviendront plus lucides. Dans les rêves lucides, nous sommes plus conscients, plus éveillés. Nous pouvons voir de riches détails. Ce monde onirique semble souvent plus réel que le monde dans lequel nous vivons pendant nos heures d’éveil.

Dans ces états, notre cerveau produit la neurochimie qui nous permet d’avoir des moments plus lucides. Nous devenons conscients dans notre esprit subconscient. L’expérience que nous vivons est une vision intérieure qui semble profondément réelle.

Nous sommes maintenant au pays du mystique. Mais pour accéder à l’état élevé que nous rencontrons dans le champ quantique, nous devons dépasser les niveaux « inférieurs » des rêves lucides – les plus banals, les plus désagréables, ceux qui suscitent parfois la peur, voire l’horreur. Ces types de rêves très détaillés ne sont que la première fréquence que nous expérimentons au-dessus de la matière – mais ils ne sont pas l’expérience transcendante que nous associons au mystique.

 

D’abord ressentir les sensations

Ce que beaucoup d’entre nous demandent à ce stade du travail est : Comment ? Comment pouvons-nous y arriver ? Comment s’élever dans ces royaumes supérieurs ? C’est ce que j’appelle «  partir à la chasse du mystique « . Nous voulons cette expérience. Nous la recherchons. Nous essayons de nous en rapprocher.

Mais lorsque nous essayons d’avoir une expérience mystique, elle semble encore plus insaisissable qu’avant. C’est parce qu’ « essayer » implique la séparation. « Essayer » est quelque chose que nous faisons dans le monde extérieur, 3-D, de la matière qui influence la matière. Nous pensons que nous devons obtenir quelque chose, ou faire quelque chose, à l’extérieur de nous-mêmes afin d’éprouver un sentiment à l’intérieur. Parce que, lorsque nous vivons un événement dans le monde tridimensionnel, l’information que notre cerveau reçoit de nos sens produit une signature chimique appelée émotion.

Mais en réalité, dans le monde quantique, c’est le fait de ressentir l’émotion en premier qui crée l’expérience que nous recherchons.

Et lorsque nous aspirons à nous élever vers ces royaumes supérieurs – dans le monde 5-D du quantique ; dans l’inconnu – lorsque nous recherchons le mystique, nous apprenons finalement qu’essayer de le trouver n’est pas ce qui nous y mène. Ce sont les sentiments qui nous y amènent.

Et pas n’importe quel sentiment ; ce sont les émotions élevées que nous essayons de cultiver. L’amour. La crainte. L’émerveillement. La liberté. La joie. La bienveillance. La gratitude. Ils ouvrent la porte.

 

Une « recette pour le mystique »

Donc, si nous devons ressentir la sensation avant l’expérience, et que nous ne pouvons pas essayer d’avoir l’expérience avant le ressenti, alors la seule solution est ce que j’appelle parfois une « recette pour le mystique » – être fatigué et heureux, curieux et joueur, détendu et ouvert. Ce sont les états qui nous permettent de sentir ou nous en sommes.

À un stade antérieur de l’évolution de ce travail, je recherchais moi aussi le mystique. Mais à chaque fois que j’essayais, les mois passaient sans que l’expérience que je recherchais ne se produise. J’avais une longue période de disette – parce que j’attendais que l’expérience se produise pour en avoir le ressenti.

Ensuite, dans mes méditations – ainsi que lorsque j’étais éveillé dans ma journée – je m’analysais constamment, pensant qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas chez moi. Mais ensuite j’ai réalisé que se sentir comme si j’avais échoué, ou être attristé par mon manque de réussite, n’est pas l’attitude ou l’état émotionnel du mystique.

Et avec le temps, j’ai découvert que si j’étais fatigué et heureux, si j’étais curieux et plein d’émerveillement, si je n’étais pas rigide ou trop structuré, mais plutôt détendu et enjoué, si je ne laissais pas ma fatigue m’entraîner dans le sommeil profond des ondes cérébrales delta, mais que je faisais simplement une pause et jouais… cet endroit de lucidité, où j’étais détendu et éveillé, avait tendance à être l’état qui me conduisait à la porte.

Et une fois que j’ai compris ça, je pouvais lâcher prise et me rendre. Je ne me préoccupais pas d’essayer d’avoir l’expérience – parce que je sentais que j’avais déjà l’expérience. Et je n’essayais pas de contrôler le résultat – parce que contrôler le résultat signifierait que j’essaie de le prédire. Et ce serait le connu.

Mais la seule façon de rencontrer le mystique est à travers le royaume des univers illimités qui existe au-delà du monde limité de nos sens. Le mystique, alors, est l’inconnu.

J’en parlerai davantage dans la deuxième partie.

Pour lire la série d’article de Dr Joe sur le thème « Ouvrir la boîte de Pandore », cliquez ici pour la première partie et ici pour la deuxième partie.

Cet articles est un traduction de l’article  paru le 29 juillet 2022 sur le blog de Dr Joe Dispenza. Pour lire l’article en anglais, cliquez ici 

Restez à l’écoute pour en savoir plus sur ce sujet dans une prochaine session de Dr Joe Live. Pour participer à ces conversations mensuelles avec Dr Joe, visitez notre page Dr Joe Live

Connaissez-vous le rendez-vous mensuel de Dr Joe, Dr Joe Live ?

C’est en général le dernier jeudi de chaque mois. Une heure d’échanges avec Joe Dispenza, de la théorie, des témoignages et la possibilité de poser vos questions en direct si vous parlez anglais ou en français via notre équipe.