Est-il possible de prendre un événement aléatoire et de le rendre moins aléatoire - et plus intentionnel ? Au moment où vous lirez cet article, mon équipe et moi-même terminerons notre retraite avancée d'une semaine à Marco Island, en Floride. En plus des enseignements partagés, des méditations et des pratiques de guérison, nous aurons mené des recherches passionnantes - des recherches qui, nous l'espérons, mèneront à encore plus de preuves au sujet de notre pouvoir à co-créer notre monde. J'aimerais vous parler d'une expérience qui s'est déroulée cette semaine et qui s'appuie sur une recherche puissante que nous menons depuis un certain temps déjà.
Dire au revoir à 2021 - avec gratitude Quelle année extraordinaire nous avons vécue en tant que communauté. Nos dernières découvertes scientifiques révèlent que nous sommes plus grands que nous le pensons, plus puissants que nous le savons, et plus illimités que nous ne pourrions jamais le rêver. Maintenant, plus que jamais, je peux faire cette déclaration avec tellement de confiance. À vrai dire, ce n'est plus moi qui le dit, ce sont nos données.
En raison de la surpopulation des ruches, chaque printemps, des dizaines de millions d'abeilles doivent trouver un nouvel emplacement pour construire leur maison, une décision qui repose sur l'esprit collectif de la ruche. Lorsque la ruche se divise en deux, la reine mère et environ la moitié des abeilles ouvrières quittent le nid parental pour fonder une nouvelle colonie, tandis qu'une reine fille nouvellement élevée et les abeilles ouvrières restantes restent sur place pour s'occuper de l'ancienne colonie. Lorsque la moitié des abeilles quittent la ruche, l'essaim est né - une fonction qui non seulement résout le problème d'espace apparent dans la ruche, mais qui constitue également un aspect important de leur instinct de survie et de reproduction.
Comment combler le fossé entre la physique, le biophysique et le biologique ? Le partenariat de recherche entre l’université de Californie, San Diego (UCSD) et Dr Joe fêtera ses deux ans en février 2022. En aidant à démystifier l’impact qu’a l’esprit sur le corps, ce qui a été réalisé en moins de deux ans n’a pas manqué d’étonner, conduisant l’équipe de recherche à des milliers de questions supplémentaires et d’expériences ultérieures.
Salut à tous, Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas notre cher ami et collègue, le Dr Hemal Patel, je voulais prendre un moment pour vous le présenter. Il est professeur et vice-président pour la recherche au département d'anesthésiologie de l'université de Californie à San Diego. J'ai pensé qu'il serait bon qu'il fasse le point sur les recherches les plus récentes et passées que nous avons menées sur chacun d'entre vous. Donc, pour ceux d'entre vous qui ne l'ont pas encore rencontré, voici le Dr Hemal.
L’un des aspects les plus importants de la méditation est qu'elle nous donne la possibilité de ralentir, de faire une pause et de nous déconnecter du monde extérieur. En désactivant les entrées sensorielles de nos environnements extérieurs, elle nous permet d'oublier les habitudes, les pulsions et le conditionnement émotionnel de notre corps, ainsi que notre perception du temps (vivre dans un passé familier et/ou un futur prévisible).
L’un des aspects les plus importants de la méditation est qu'elle nous donne la possibilité de ralentir, de faire une pause et de nous déconnecter du monde extérieur. En désactivant les entrées sensorielles de nos environnements extérieurs, elle nous permet d'oublier les habitudes, les pulsions et le conditionnement émotionnel de notre corps, ainsi que notre perception du temps (vivre dans un passé familier et/ou un futur prévisible).
Lors de nos ateliers dans le monde entier, il n'est pas rare que des personnes montent sur scène et racontent l'histoire de leur guérison personnelle. Souvent, la personne commence par reconnaître que, parce qu'elle a été confrontée à son problème de santé pendant si longtemps, elle s'est habituée à penser et à ressentir d'une certaine manière, à faire les mêmes choses chaque jour, à se comporter selon certains schémas inconscients, à faire les mêmes choix habituels et à prendre les mêmes médicaments, sans que son état de santé ne change.
Chaque fois que les gens interagissent avec l’information, celle-ci produit des changements dans leur biologie. Au fur et à mesure qu’ils apprennent de nouvelles informations, on peut dire que ces informations deviennent une partie de leur esprit ou de leur conscience. La recherche montre désormais qu’un nombre suffisant de personnes partageant le même niveau de conscience – un réseau collectif d’observateurs – produit un effet sur la réalité.
fr_FRFrançais