Le site du développement personnel et de la psychologie pour tous, professionnels et passionnés

Joe Dispenza: futur

Se souvenir de notre avenir … Se souvenir de nous-mêmes

Au cours d’une session de questions-réponses pour les jeunes, lors d’une récente retraite avancée d’une semaine, un membre de notre communauté m’a demandé quelque chose avec une réelle urgence dans la voix.

« Je ressens vraiment l’émotion de mon avenir dans mes méditations », a-t-il dit. « Mais comment se fait-il que je la perde si rapidement dès que j’ouvre les yeux ? Je veux dire – c’est parti. Et je dois travailler très dur pour la faire revenir. Pourquoi cela se passe-t-il si vite ? »

De toutes les réponses possibles à cette question, il n’y a pas d’exemple plus significatif ou instructif que celui des personnes qui se sont guéries grâce à ce travail. Ce que j’ai appris au fil des années en étant témoin de leurs transformations – et en les interrogeant pour savoir ce qu’elles ont fait – c’est qu’il y a deux raisons principales pour lesquelles elles reviennent sans cesse à leurs méditations.

Les personnes qui sont les plus investies dans ce travail ne font pas leurs méditations – dont certaines trois ou quatre fois par jour – pour guérir.

Elles font leurs méditations pour changer.

Elles ont saisi quelque chose de profond : Avant de pouvoir réaliser un quelconque objectif extérieur – une meilleure santé, plus d’argent, une nouvelle relation – nous devons d’abord comprendre que rien ne peut changer dans notre vie… tant que nous ne changeons pas.

Et lorsque nous nous sommes dépassés et transformés, l’ effet secondaire de cette transformation peut produire les résultats souhaités. C’est ainsi que tant de personnes ont guéri – non pas en se demandant : « Pourquoi cela ne s’est-il pas encore produit ? Pourquoi ne suis-je pas guéri ? » Mais en se demandant d’abord : « Que dois-je changer en moi pour guérir ? »

 

Résistance et réaction

La deuxième raison pour laquelle tant de personnes reviennent à leurs méditations est que cela leur permet de réduire leur période de résistance émotionnelle. Ça peut sembler complexe, mais voici ce que ça signifie. Lorsque nous sommes exposés à un stimulus externe qui déclenche une réponse au stress, nous réagissons… et il s’agit souvent d’une réaction automatique, et habituelle, liée à nos anciennes histoires et à notre ancien moi. Nous avons oublié notre objectif – et nous avons oublié qui nous voulons devenir. Nous sommes revenus dans l’inconscience.

Lorsque cela se produit, nous sommes envahis par le doute – parce que nos réactions habituelles nous font sortir du moment présent et nous ramènent aux émotions de notre passé. Tout à coup, la foi en notre nouvel avenir est ébranlée – et nous perdons notre foi en notre capacité à créer un changement significatif et durable.

Les personnes qui se sont dépassées dans ce travail le comprennent. Et lorsqu’elles s’assoient pour faire leurs méditations, elles le font avec l’intention de ne pas se lever jusqu’à ce qu’elles ressentent à nouveau les émotions de leur avenir.

En d’autres termes, elles ne font pas leurs trois ou quatre méditations par jour pour guérir. Elles les font pour supprimer tous les doutes quant à leur capacité de guérison.

 

Se souvenir et se reconnecter

Alors, que faisons-nous lorsque nous vivons la même expérience que ce jeune homme à qui je parlais il y a quelques semaines ? Lorsque le doute commence à prendre le dessus – et que nous réalisons que nous voyons les choses à travers la petite lorgnette ? Lorsque nous devenons inconscients et que nous oublions qui nous sommes ?

Une fois que nous sommes pris dans une de ces réactions, nous réalisons quelque chose d’important : nous prenons conscience de ce que nous faisons. Avec de la gentillesse et de l’amour, nous pouvons nous rappeler ce que nous savons déjà, mais que nous nous étions laissés aller à oublier.

Lorsque nous réalisons que nous nous sommes réfugiés dans une émotion ancienne, qui est en relation avec le connu dans notre environnement, nous pouvons donner un nom à cette émotion – le doute – et prendre la résolution de revenir aux sentiments que nous éprouvons pour notre avenir. S’entraîner à ressentir ces émotions élevées jusqu’à ce que notre foi en l’avenir revienne.

Et donc, comme les nombreuses personnes qui se sont transformées de manière miraculeuse, nous retournons à nos méditations. Nous nous asseyons avec l’intention de ne pas nous lever avant d’avoir ressenti les émotions de notre nouvel avenir.

Je crois que nous sommes éternels. Ainsi, dans l’étendue de l’éternité, sur le chemin du retour à la source, je pense que c’est quand c’est le plus dur que ça compte le plus. En nous dépassant, en faisant preuve de maîtrise dans le moment présent et en réajustant notre système nerveux pour qu’il soit cohérent et ordonné, nous changeons littéralement notre destin. Désormais, l’intention d’autorégulation est davantage liée à ce que nous sommes en train de faire qu’aux circonstances du moment.

Ainsi, la méditation ne consiste plus à accomplir l’acte pour l’acte lui-même. Il ne s’agit plus d’essayer d’obtenir un résultat particulier. Il s’agit de rester conscient – et de ne pas devenir inconscient au moment où nous nous levons. Il s’agit de se souvenir de ce que nous sommes.

Nos vies sont remplies de tant de stimuli externes, de tant d’alarmes internes qui peuvent sonner et déclencher une réaction. Nous avons tous des moments de réaction, mais nous pouvons travailler sur la force et la durée de ces réactions.

Ainsi, nous ne travaillons pas à raccourcir notre période de résistance simplement pour faire preuve de contrôle et d’intelligence émotionnelle. Nous y travaillons parce que les émotions de stress signalent les mêmes gènes que ceux qui nous font nous déconnecter de notre avenir possible.

Ça devient une mise en pratique concrète. Nous retournons à nos méditations encore et encore – non pas parce que nous voulons guérir, mais parce que nous nous étions encore laissé aller dans cette ancienne version de nous-mêmes. Parce que nous comprenons qu’avant de pouvoir guérir, nous devons changer.

Lorsque nous nous synchronisons avec les sentiments de notre avenir, et que nous pouvons rester dans ces sentiments, alors nous sommes connectés à ce nouvel avenir. Nous y croyons réellement. Parce que nous avons dépassé notre doute, nous devenons notre nouvelle croyance, et nous nous rappelons ce de ce qui est possible. Et en faisant cela, nous nous souvenons de notre futur.

 

Cet article est un traduction de l’article  paru le 21 octobre 2022 sur le blog de Dr Joe Dispenza. Pour lire l’article en anglais, cliquez ici 

Restez à l’écoute pour en savoir plus sur ce sujet dans une prochaine session de Dr Joe Live. Pour participer à ces conversations mensuelles avec Dr Joe, visitez notre page Dr Joe Live