La compassion pour soi-même

Un élément fondamental dans la pratique de la pleine conscience est le non-jugement. Appliquée à soi-même, cette notion est proche de celle de la compassion pour soi. Kristin Neff, à la pointe de la recherche foisonnante sur la compassion pour soi et défenseuse de son importance pour notre santé émotionnelle et notre bien-être, défini trois composants : la plein conscience (mindfulness), une humanité commune, la bienveillance envers soi-même. Il s’agit, en effet, d’être d’abord conscient de sa difficulté ou souffrance et de ne pas s’y identifier ; ensuite de comprendre que tout cela fait partie de la condition humaine et donc que l’on n’est ni défectueux ni seul à vivre cela car ces états sont partagés sous diverses formes par toute l’humanité ; et enfin de montrer de la bienveillance et de la gentillesse envers soi-même dans ces moments durs, au lieu de se critiquer.

Des études scientifiques ont démontré que la compassion est non seulement inné (on parle « d’instinct de compassion ») mais est de plus essentiel pour nos relations avec les autres et même de notre survie. S’agissant de la compassion pour soi-même, de nombreuses études ont démontrées ses bienfaits sur la santé physique et mentale.

Nous pourrions dire que la compassion pour soi est un antidote à la souffrance et une recette pour le bonheur.

Citons le Dalaï Lama XIV dans The Art of Happiness :

“Si vous voulez rendre les autres heureux, pratiquez la compassion. Si vous voulez être heureux, pratiquez la compassion.” 
Et

“L’amour et la compassion sont des nécessités, pas un luxe. Sans cela, l’humanité ne peux pas survivre.” 

Belle semaine !

L’Équipe de Quantum Way

Fermer le menu
×
×

Panier

La newsletter de Quantum Way

Recevez directement nos articles de blog, ainsi que nos annonces d’événements, de nouveaux produits et de promotions