Que se passe-t-il quand le besoin de développement d’intimité d’un bébé avec sa mère n’est pas satisfait ? – Lissa Rankin

Par Lissa Rankin

J’ai lu le livre de Laurence Heller et Aline LaPierre, “Traiter les traumatismes du développement“, qui traite de la méthode de guérison des traumatismes, le modèle relationnel neuroaffectif (NARM).

Leur travail m’a donné un aperçu très utile, tant personnel que professionnel, d’un ensemble prévisible de symptômes de traumatismes et de comportements profondément ancrés qui se produisent quand un enfant ne reçoit pas de réponse à son besoin essentiel de développement, à savoir la connexion avec sa mère/la première personne à s’occuper de lui au cours de la première année de sa vie.

Cet arrêt du développement peut se produire pour les raisons suivantes

  • Adoption (même si l’adoption a lieu juste après la naissance)
  • Hospitalisation pendant la petite enfance
  • Naissance prématurée et mise en couveuse
  • Parents toxicomanes
  • Une mère souffrant de dépression post-partum
  • Une mère adolescente dépassée par les exigences de la parentalité
  • Une Mère traumatisée par un trop grand nombre de naissances successives (sans accès adéquat au planning familial)
  • Toute personne qui s’occupe du bébé mais qui n’est pas à son écoute, comme une mère narcissique, qui ne répond tout simplement pas au besoin d’attachement, de proximité et de connexion de l’enfant
  • Des méthodes d’apprentissage du sommeil du type “pleurer pour rien”
  • Être porté dans le ventre d’une mère qui ne veut pas de vous
  • Être porté dans le ventre d’une mère traumatisée, dissociée, déprimée ou anxieuse
  • Sentiment de rejet, de reproche ou même de haine de la part d’un ou des deux parents.
  • L’un ou les deux parents n’ont pas satisfait leurs propres besoins de connexion.
  • Une mère psychotique ou borderline
  • Avoir le sentiment d’être un fardeau
  • Abus physique ou émotionnel dans l’enfance
  • Une mère décédée dans l’enfance
  • Traumatisme intergénérationnel, comme le fait d’être né de survivants de l’Holocauste.
  • Naître en temps de guerre ou dans une grande pauvreté

Heller et LaPierre affirment que les enfants ont cinq besoins fondamentaux en matière de développement : Connexion, Syntonie, Confiance, Autonomie, rapprot Amour-Sexualité sain, qui, lorsqu’ils sont satisfaits, nous donnent des capacités essentielles pour notre bien-être.

Besoin fondamental

Capacités fondamentales associées qui sont essentielles au bien-être

Connexion

Capacité à’être en contact avec notre corps et nos émotions – Capacité à être en relation avec les autres

Syntonie

Capacité d’être à l’écoute de nos besoins et de nos émotions, capacité de reconnaître, de tendre la main et de se nourrir physiquement et émotionnellement

Confiance

Capacité de dépendance et d’interdépendance saine

Autonomie

Capacité de dépendance et d’interdépendance saine – Capacité à fixer des limites appropriées – Capacité à dire non et à fixer des limites – Capacité de dire ce que l’on pense sans culpabilité ni peur

Amour-Sexualité

Capacité à vivre avec un cœur ouvert – capacité d’intégrer des relations amoureuses et une sexualité pleine de vie

Les cinq besoins essentiels du NARM et les capacités essentielles qui leur sont associées

Si l’un de ces besoins n’est pas satisfait, une série de comportements prévisibles apparaissent mais le besoin de connexion prime sur tous les autres. Sans cela, de graves blessures d’attachement se produisent et les adultes grandissent en ayant à la fois peur de l’intimité et en en ayant besoin.

Si le besoin de connexion n’est pas satisfait :

  • le manque d’affect
  • Sentiment de honte d’avoir besoin de quelque chose de la part de quelqu’un
  • communiquer une supériorité intellectuelle ou spirituelle
  • se rapprocher d’autres personnes dont les besoins de connexion n’ont pas été satisfaits et ne pas remettre en question leur besoin d’espace personnel
  • utiliser la distanciation interpersonnelle comme substitut à des limites adéquates
  • se retirer dans des situations émotionnellement perturbantes
  • ont tendance à établir des relations de type intellectuelle plutôt que sentimentale
  • sont rarement conscients d’être déconnectés de leur corps
  • craignent à la fois d’être seuls et d’être submergés par les autres
  • se sentent comme un enfant effrayé dans un monde d’adultes ; ne savent pas comment gérer ou manipuler leur environnement de manière appropriée
  • peur exagérée de la mort et de la maladie
  • craignent leurs propres impulsions, en particulier la colère
  • peur des groupes et des foules
  • ambivalence intense : le désir de contact le plus profond est aussi la peur la plus profonde.
  • désir de combler un vide et peur de l’accomplissement en même temps
  • fort besoin de se contrôler, de contrôler l’environnement et les autres
  • Difficulté à tolérer l’intimité
  • Vouloir savoir pourquoi ; orientation transcendantale ou intellectuelle
  • En raison de leur incapacité à s’incarner, ils ont souvent accès à des états spirituels ésotériques
  • attirés par les thérapies, la méditation et les mouvements spirituels qui renforcent la dissociation.

Ceux dont les besoins de connexion ne sont pas satisfaits peuvent avoir des identifications basées sur la honte : honte d’exister, sentiment d’être un fardeau, sentiment de non appartenenance. Elles peuvent aussi avoir des identifications basées sur la fierté : fier d’être solitaire, fier de ne pas avoir besoin des autres, fier de ne pas être émotif.

Beaucoup de ces personnes sont pathologisées et classées par le DSM-5 comme malades mentales ou diagnostiquées par les médecins avec une maladie physique mais ces symptômes de traumatisme peuvent être simplement un effet secondaire de besoins de développement non satisfaits – et ils peuvent être traités par la guérison des traumatismes.

Symptômes communs de santé physique et mentale :

  • Migraines
  • TDAH
  • Colique
  • Dissociation
  • Problèmes digestifs
  • Syndrome de l’intestin irritable
  • Sensibilités environnementales
  • Asthme
  • Dépression
  • Fibromyalgie
  • Fatigue chronique
  • Scoliose
  • Allergies
  • Anxiété
  • Crises d’angoisse

Il y a un chapitre entier dans le livre sur les stratégies d’adaptations et de survie que les enfants qui n’ont pas été satisfaits dans leur besoin de connexion développent à l’âge adulte. J’ai constaté que les communautés spirituelles ont tendance à être fortement orientées vers ce type particulier de traumatisme – ce qui peut conduire à la dissociation et à la spiritualisation de ce symptôme de traumatisme, en particulier compte tenu de la façon dont de nombreux auteurs de best-sellers spiritualisent et glorifient les états dissociatifs, en les étiquetant à tort “illumination” ou “non-dualité”.

Mon besoin de synthonie n’a pas été satisfait et j’ai donc mes propres symptômes liés au traumatisme de développement à cause de cela, mais à quelques exceptions près, mes besoins de connexion ont globalement été satisfaits. Ce n’est pas le cas de ma sœur adoptive. J’ai pas mal d’amis proches et d’êtres chers qui n’ont pas non plus vu leur besoin de connexion satisfait. Cela me rend vraiment triste de voir à quel point il est difficile de naviguer dans le monde si ce besoin fondamental n’est pas satisfait.

Heureusement, il existe des traitements pour ces traumatismes liés au développement, mais il n’y a pas de solution miracle et les traitements à long terme sont coûteux. Je suis très reconnaissante au Dr Bruce Perry et à Oprah Winfrey de faire ce qu’ils font pour sensibiliser et normaliser les traumatismes liés au développement dans leur nouveau livre intitulé What Happened To You ? Mais c’est quand même triste. Je prends un moment pour être triste pour tous les enfants (et maintenant les adultes) qui n’ont pas pu été satisfaits dans leur besoin primaire de développement. Ça fait mal 😥

*La photo ci-dessus est une photo de ma mère et moi. Merci, maman, d’avoir répondu en grande partie à mes besoins de connexion, me permettant de rechercher l’intimité, plutôt que d’en avoir peur, comme tant d’autres.

Article issu du blog de Lissa Rankin