Traitements de SSPT réussis à Fort Hood

Traitements de SSPT réussis à Fort Hood

Traitements de SSPT réussis à Fort Hood

Article de Dawson Church

Il y a beaucoup de mauvaises nouvelles à rapporter sur le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et les anciens combattants, comme un reportage dans le magazine Slate au sujet des taux élevés de viols et de meurtres près des bases militaires. Pourtant, ces tragédies peuvent dissimuler les bonnes nouvelles, notamment qu’il existe des traitements efficaces contre le SSPT et qu’ils intègrent petit à petit les rangs des soins primaires.

J’ai récemment passé une semaine au Texas, où j’ai eu l’occasion de visiter Fort Hood, de présenter mes recherches à “Grand Rounds” – un forum où les professionnels de la santé partagent les dernières découvertes scientifiques – et de travailler avec un groupe d’anciens combattants souffrant de SSPT.

Le groupe suivait un programme de rétablissement de 11 semaines appelé Warrior Combat Stress Reset Program (habituellement simplement appelé “Reset”). L’impact du SSPT était apparent sur leurs visages et dans leurs histoires, ainsi que dans leurs diagnostics multiples : dépression, anxiété et hostilité. Plusieurs ont mentionné leur désir de faire face à leur colère et de retourner à une vie normale avec leur famille.

J’ai demandé à chaque membre du groupe d’identifier un événement des dernières semaines qui les avait déclenchés émotionnellement. Un sergent intelligent et éloquent âgé d’une trentaine d’années a dit qu’en entrant dans la base ce matin-là, il était tellement en colère contre le “gardien débile” qu’il aurait pu le tuer. Il a parlé avec humour, mais moi et ses autres auditeurs avons tous ressenti une certaine gêne, ayant tous en mémoire ces tragédies où des soldats en colère avec des armes à feu se sont déchaînés, dépassés par leurs émotions violentes.

Je présente souvent des conférences scientifiques dans des congrès de médecine et de psychologie, mais avec ce groupe, j’ai décidé de parler directement du cœur, pas de la tête. J’ai regardé chaque guerrier droit dans les yeux et j’ai parlé de la réaction à fleur de peau à la perception de danger qu’ils avaient développé dans leur entraînement au combat. Cela les a gardés en vie sur le champ de bataille, mais c’était complètement inadapté lorsqu’il s’agissait d’interagir avec leurs enfants, leurs amis et leurs proches. Ils ont acquiescé d’un signe de tête et plusieurs ont parlé de leur détermination à changer.

L’un des obstacles auxquels ils sont confrontés est qu’ils ne pensent pas réellement que le SSPT est guérissable. Beaucoup d’anciens combattants ne croient tout simplement pas que c’est possible. Pourtant, de nombreuses études démontrent la valeur des approches de la médecine complémentaire et alternative (MCA), comme celles utilisées à Reset. Le programme propose aux guerriers des thérapies telles que le massage, l’acupuncture et le Reiki. Pour aider à traiter les symptômes du SSPT tels que les cauchemars et les flashbacks, Reset utilise l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) et l’EFT (Emotional Freedom Techniques). Le programme suit ses résultats avec l’aide d’une subvention de la fondation à but non lucratif Samueli Foundation et constate que la réduction moyenne des symptômes du SSPT est de 28 %.

Nous avons pratiqué ces techniques ensemble, et la plupart des membres du groupe de Fort Hood ont été surpris de constater à quelle vitesse leur colère s’est apaisée. Je les ai encouragés à persévérer avec le programme Reset, et j’ai insisté sur le fait que s’ils travaillaient sur leurs souvenirs traumatisants de cette façon, leurs chances de guérir étaient élevées.

Tous n’étaient pas convaincus. Le langage corporel d’un maître sergent – bras croisés, jambes croisées, participant à contrecœur à l’exercice de guérison, un regard dur et perçant – m’a rappelé que je n’avais pas convaincu tout le monde dans la salle que la guérison du SSPT était possible.

À la fin de la séance de pratique, un jeune caporal, doté d’une belle allure de vedette de cinéma, a parlé de la façon dont il regarde ses deux jeunes filles pendant qu’elles dorment. Voir leurs visages ne lui apporte pas le bonheur que la plupart des parents éprouvent.

Au contraire, cela déclenche une grande anxiété dans son esprit. Il s’inquiète de savoir si un intrus pourrait s’introduire par effraction dans leur chambre à coucher après avoir tué le chien de la famille. C’est ce que fait le SSPT : il déforme les expériences les plus ordinaires, les transformant en menaces.

Ce jeune homme voulait simplement pouvoir regarder les visages de ses enfants et se sentir en paix.

Pendant qu’il parlait, j’ai dû retenir mes larmes. Ce n’était pas un objectif grandiose. Regarder avec bonheur les visages de vos enfants est une expérience que la plupart des parents tiennent pour acquise. Pourtant, il était hors de portée d’un esprit et d’un cerveau consommés par le SSPT.

Mon séjour à Fort Hood et la formation de professionnels de la santé mentale m’ont profondément touché et m’ont rappelé à quel point nous pouvons être gravement blessés. Mais cela m’a aussi montré que la plupart d’entre nous peuvent se rétablir lorsque nous avons la détermination et un traitement efficace.

Chaque fois que vous lisez des mauvaises nouvelles au sujet du SSPT, souvenez-vous de Reset. Rappelez-vous qu’il y a un grand nombre d’anciens combattants qui veulent sincèrement guérir et que des outils existent pour les aider à retrouver une vie normale. C’est le tableau d’ensemble, et en tant que société, nous pouvons accomplir ce que fait Reset. Comme l’a dit un ancien combattant : “Ça m’a rendu ma vie.”

Source : https://www.huffingtonpost.com/entry/successful-ptsd-treatments-at-fort-hood_b_8990864.html

Fermer le menu
×
×

Panier

La newsletter de Quantum Way

Recevez directement nos articles de blog, ainsi que nos annonces d’événements, de nouveaux produits et de promotions